Air Antilles: Indemnisation des voyageurs en cas de surbooking/retard

Créer en 2002, Air Antilles est une compagnie aérienne française basée en Guadeloupe, qui dessert 11 destinations dont principalement St Thomas, St Barthélemy, la Barbade, le République dominicaine, Antigua, Porto Rico, etc.

Pour tous ses déplacements en Union Européenne,  la compagnie doit suivre la réglementation européenne, le CE n°261/2004 qui protège les voyageurs des différents préjudices subis et leur permet de réclamer des compensations si certaines conditions sont réunies.

En effet, cette réglementation joint les règles communes d’assistance et les règles sur l’indemnisation en cas d’annulation, de retard ou de refus d’embarquement pour surbooking.

La 1er règle pour l’indemnisation :

La compensation pour les passagers victimes d’une annulation, d’un retard, ou d’un surbooking, est uniquement attribuée aux voyageurs dont le départ ou l’arrivée s’effectue dans les pays de l’Union Européenne.

Le retard de vol chez Air Antilles:

Les retards en premier lieu sont sujets de dédommagements, qui sont calculés sur le temps d’attente du passager ainsi que de la distance du vol (Retard de 2h et plus, pour un vol de jusqu’à 1500km, de 3h et plus concernant les vols entre 1500km et 3500km et de 4h et plus concernant les vols de plus de 3500km).

En attendant, la compagnie doit offrir une compensation financière entre 250 € et 600 € pour tout retard de 3h, en plus d’une prise en charge en fonction de la durée d’attente: Des rafraîchissements, des repas, 2 appels téléphoniques ou l’envoi gratuit de 2 emails.

Si le vol est reporté au lendemain, la compagnie doit offrir l’hébergement Elle doit rembourser les frais engagés par les voyageurs si elle ne peut pas assumer cette prise en charge.

Les passagers peuvent demander une indemnité pour tout retard de 3h à l’arrivée.

  • 250 € : vols de jusqu’à 1500km
  • 400 € : vols de jusqu’à 3500km
  • 600 € : vols pour au delà

Pour tout retard de 5h et plus, les passagers ont le droit de renoncer à leurs vols et de bénéficier du remboursement de leurs billets de vol.

Refus d’embarquement et annulation de vol :

Le refus à l’embarquement est de plus en plus fréquent. Il est la conséquence première du surbooking effectué par les compagnies aériennes dont celle d’Air Antilles. Dans ce cas, la compagnie est dans l’obligation d’offrir une indemnisation qui varie selon la gêne occasionnée.

Pour le cas d’une annulation de vol, la compensation ne peut avoir lieu si le passager a été informé au préalable (2 semaines à l’avance). Où si l’annulation est provoquée par une circonstance extraordinaire (grève, ou catastrophe naturelle).

Les passagers ont le droit de réclamer une indemnisation pour toute annulation de dernière minute. Outre cette indemnisation, la compagnie doit prendre en charge ses clients pour toute attente à l’aéroport, avec des boissons, collations,…

Les passagers qui sont victime de refus d’embarquement ou d’annulation de vol, peuvent prétendre à une indemnisation de 250€ pour les vols de jusqu’à 1500km, 400€ pour les vols de jusqu’à 3500km et de 600€ pour les vols de plus de 3500km. Ils peuvent aussi choisir le remboursement de leurs billets d’avion ou le réacheminement vers leurs destinations en acceptant un moyen de transport par la compagnie.

La demande d’indemnisation :

Il existe plusieurs façons pour réclamer une indemnisation chez Air Antilles, en effet la victime peut le faire elle-même (contacter la compagnie, écrire à la Direction Générale de l’Aviation Civile, saisir le tribunal ou déposer une réclamation en ligne), ou se faire aider par des experts en juridique.

  • Si le passager victime d’un désagrément décide de demander une indemnisation seul, il peut contacter la compagnie Air Antilles directement, la compagnie doit lui répondre dans un délai de 2 mois.
  • La victime peut aussi écrire à la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile), dont l’application du règlement européen N°261 / 2004 fait partie de ses missions. Elle peut donc décider de sanctions administratives contre la compagnie. Mais ne peut pas la contraindre à indemniser ses passagers.
  • La victime peut aussi écrire au tribunal du siège social de la compagnie ou au tribunal de l’aéroport.
  • Une réclamation peut être faite aussi directement en ligne.

Rappel Important :

Les passagers victimes de désagrément doivent gardez toutes les pièces justificatives, car ils  peuvent faire une réclamation jusqu’à 2 ans après la date du vol concerné.

Assistance à la réclamation :

Désormais, des services indépendants proposent l’accompagner des victimes de retard, d’annulation, ou de refus d’embarquement, pour l’obtention de leurs indemnisations. Ces experts se portent garant de l’aboutissement de la demande de compensation, est prélèvent une commission de 25 %, si la ils obtiennent gain de cause. Toutefois, si le passager ne bénéficie pas de dédommagement, l’entreprise ne demande aucun frais de commission. Le service est entièrement gratuit.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *